4 réponses

  1. BOURAQ
    27 juin 2012

    * qu’est-ce qu’un homme?. Telle question a été exactement l’objet d’une proposition d’extrait que j’ai voulu partager, pour voir comment profiter des vertues de l’approche systémique sur l’humanisme méthodologique, et à ma surprise, en même t…emps; surgisse cette question sur l’homme. donc je vous invite à lire cet extrait: « Un modèle d’une entité totale; lorsqu’appliqué à l’activité humaine, il se caractérise en termes de structure hiérarchique, de propriétés émergentes et de réseaux de communication et de contrôle. Lorsqu’appliquées à des ensembles naturels ou des ensembles conçus par l’homme, les propriétés émergentes qui s’en dégagent en constituent la caractéristique première » [Checkland]. De plus, il ajoute que « … un ensemble complexe peut posséder des propriétés qui se retrouvent au niveau de l’ensemble, mais qui ne sont pas significatives ou pas représentatives des parties qui le composent. Ce sont des propriétés émergentes ».
    Les notions de système englobent des propriétés telles que l’émergence, l’interaction, l’interdépendance, la finalité, l’identité et l’évolution. Il est important d’ajouter ici que les systèmes n’existent pas dans la réalité. C’est un « construit » théorique, une hypothèse, une façon parmi d’autres de concevoir les ensembles. Cependant, nous pouvons observer une multiplicité d’entités concrètes existant dans la nature et illustrant les notions de système présentées précédemment. La nature elle-même constitue une immense totalité (système) englobant des sous-ensembles (sous-systèmes) comme l’homme qui lui-même est formé de sous-sous-ensembles.

    Répondre

    • Roger Nifle
      27 juin 2012

      Comme vous dites la notion de système est un construit théorique (mental) et humain. Lorsque vous parlez de système naturel, il ne faut pas oublier que la réalité systémique de la nature est un construit humain. Du coup que signifie de décrire l’homme comme système ou sous-système? Si on ne cherche pas ce qu’est le processus de « construction » de nature humaine on dérape vite vers cette schizophrénie qui coupe l’homme construisants un modèle pour ses propres fins et l’homme expliqué par un système dont il est seul auteur. La clé est à chercher du côté de ce qui se révèle de l’homme dans cette construction parmi d’autres théories construites. Chaque « construction » dit quelque chose de l’homme et de sa quête mais on peut se demander s’il y a des théorise plus pertinente pour la destinée humaine et son accomplissement. Le systémisme que je connais depuis longtemps est utile pour embrasser certaines complexités mais c’est un piège lorsque de descriptif on en fait un système explicatif. Exemple : le système économique mondial une vue de l’esprit (il y a la vue et il y a l’esprit) auquel on attribue puissances, nécessités, bienfaits et malheurs. Quand aux propriétés des systèmes naturels (du modèle construit donc) il serait intéressant de le comparer d’une part aux différents paradigmes épistémologiques classique et d’autre part à la réalité telle que l’humanisme Méthodologique la comprend comme réalité humaine (voir les textes en cours de publication et à venir). Cordialement

      Répondre

  2. Fatine chabana
    1 juillet 2012

    Quelle définition peut-on donner à l’homme ? comment l’humanisme peut-il construire un paradigme explicatif de l’étre humain?; Ce dernier constitut la problématique et en même temps l’objet d’une pensée qui tente à résoudre une énigme qui a constitué les préoccupation de tous les philosophes et antroologues depuis l’apparition de l’homme « acteur » au sein de l’univers coupant ainsi avec la notion de l’homme en tant qu’ âme destinée à subir ce qui lui est prédestiné.
    La résolution de cette question met en exergue le degret de complexité pour appréhender un modèle explicatif de la nature humaine.

    Répondre

    • Roger Nifle
      1 juillet 2012

      Nous y sommes. C’est bien l’enjeu de l’Humanisme Méthodologique. Mais est-ce bien un « modèle explicatif » qui convient ? La complexité ne se résout-elle pas aussi par le recours au simple qui est principe, ici le Sens ? A suivre…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Retour au début
mobile bureau