10 394

061 – Vocations humaines

Le but de l’existence humaine n’est pas simplement d’exister mais d’accomplir son humanité. Cet accomplissement, on le verra plus précisément, consiste à trouver la voie par laquelle peut s’effectuer le développement d’une maturité humaine faite de consciences progressives. Au travers des âges elle amène à cette conscience de Sens, conscience d’être-Sens qui confère connaissance, liberté et maîtrise de soi et de sa participation responsable à l’existence commune. Tous ces termes auront à être précisés surtout dans un monde où les poncifs prennent la place de la pensée. Ainsi toute existence humaine individuelle et communautaire est dotée d’une vocation qui est sa voie propre d’accomplissement. On pourra alors considérer la vocation personnelle de chacun, la vocation de tout groupe ou entreprise humaine, institution, organisation, association, la vocation de toute communauté humaine locale, régionale nationale, internationale, ainsi que toutes les communautés de tous ordres et de toutes tailles.

Il nous faut cadrer le fondement théorique de la notion de vocation avant d’aborder les différents types de vocations telles qu’évoquées ci-dessus ainsi que leurs rapports.

Chaque personne ou chaque communauté repose sur un conSensus principal, ensemble des Sens qui forme une « Cohérence » ou problématique humaine. Parmi ces Sens il en est un qui est tel que si on s’y trouve orienté alors l’accomplissement et les développements qui y mènent sont engagés. On sait le paradoxe du fait que la conscience des Sens en est l’aboutissement alors que cette orientation de Sens en est la condition. C’est pour cela que nous avons besoin des autres et particulièrement de ceux, disposés dans leur vocation qui nous en donnent des repères. Personnages repères, indicateurs existentiels, valeurs communes, et toutes les fonctions de responsabilité humaine, proprement humaine, ont cette fonction tout en s’appuyant eux-mêmes sur d’autres repères.

Une vocation est caractérisée par :

  • Une problématique humaine « reçue en héritage » qui sous-tend les conSensus porteurs de situations « homologues » et de communautés constituées sur ce conSensus.
  • Un Sens privilégié de cette problématique, Sens de sa « résolution » par le développement et l’accomplissement humain
  • Un ensemble de dispositions existentielles propres à la résolution et la maîtrise de cette problématique qui vont faire des talents et qualités humaines spécifiques.
  • Des vicissitudes et situations existentielles auxquelles cette vocation se confronte en lui conférant simultanément un rôle de repère responsable vis-à-vis des autres concernés par la problématique et un développement de ses propres qualités et capacités humaines.

Il faut bien noter qu’une vocation est déterminée dans son Sens par la problématique héritée mais dans ses formes par les conditions existentielles en fonction du chemin engagé,ses épreuves, ses errances et ses progressions de maturité. Elle n’est donc pas figée, préformatée, mais orientée par définition, depuis l’héritage reçu, si tant est que cette voie soit empruntée. On notera aussi que la conscience de cette vocation et de son Sens en sont l’aboutissement progressif et non un préalable. Le problème de la vocation se pose pendant toute l’existence mais ne se résoud que progressivement.

 

Vocation personnelle

La problématique principale, parmi toutes les problématiques d’humanité portées en soi, est héritée de ce qui a présidé à une conception, parentale en général, elle même prise dans une situation d’humanité (conSensus spécifique) puis surdéterminée dans la situation existentielle des premiers âges, archaïque prénatale, primaire dans l’enfance et au-delà le cas échéant. Chacun est ainsi héritier de telle problématique humaine, de ses problèmes et de ses potentiels de développement existentiel et d’accomplissement humain. Chaque homme est unique mais les problématiques partagées conduiront à des vocations qui peuvent être similaires (homologues) bien que les conditions en soient probablement très différentes. A l’inverse des conditions apparemment semblables avec des problématiques différentes conduiront à des vocations très différentes.

On notera le regard récent sur ce qu’on appelle résilience. Des vocations exceptionnelles sont possibles à partir de problèmes existentiels antérieurs très durs. C’est là la condition humaine générale que les problèmes existentiels soient visibles ou non, manifestes ou non, partagés collectivement ou non, qu’ils touchent ou non les affects, le corps, les facultés mentales. Quelque soient ces conditions existentielles issues du partage de cette problématique (conSensus), le potentiel d’accomplissement humain et la vocation personnelle persistent. Même handicapés existentiellement, le rôle et la posture humaine (Sens) restent possibles, sans même parler de ce qui reste d’influence après la fin de la vie.

Sinon la vocation personnelle se déploie dans toutes les circonstances selon les chemins de l’éducation et du développement personnel, la participation à la vie communautaire de différentes communautés traversées ou habitées, les rôles professionnels et les responsabilités assumées. On remarquera qu’il y en a qui occupent de grandes parties de la vie et d’autres  rebondissent de formes en formes tout en cultivant le même Sens.

Peut-on reconnaitre une vocation et comment ? Peut-on en discerner le Sens dans une problématique humaine? Peut-on en faire projet en la projetant dans l’avenir ? Peut-on en reconnaitre les traces déjà marquées ? On ne pourra répondre à ces questions que dans la troisième partie de ces leçons ayant abordé le volet de l’action humaine de l’Humanisme Méthodologique après cette partie consacrée aux critères et repères du bien humain.

 

Vocations culturelles

La vocation d’une communauté est la culture du Sens du bien commun qui est le sien. On y reconnait le Sens du développement communautaire et de l’accomplissement à partir de la problématique qui forme son conSensus. La culture de la communauté y trouve sa raison d’être et ses valeurs. Elle y trouve aussi ses qualités, ses talents, ses capacités cultivées à l’épreuve de la problématique et des problèmes rencontrés en conséquence. Cette vocation communautaire s’exprime au travers de tous les aspects de l’existence collective : économie, éducation, réalisations, modes de gouvernance. Elle contribue au développement et l’accomplissement de ses membres mais aussi elle participe au développement et à la vocation des communautés auxquelles elle participe. Toutes ses activités peuvent être projetées selon ces critères et ces enjeux en en faisant aussi une attractivité pour d’autres personnes et communautés pour en partager les valeurs. Le développement communautaire comme l’économie communautaire sont ainsi engagés par la vocation culturelle et ses valeurs autant dans ce qui la constitue que dans ce à quoi elle participe avec d’autres communautés selon la théorie des ensembles culturels et des vocations propres. On voit bien comment les vocations personnelles différentes concourent à un vocation communautaire et comment celle-ci concoure à qualifier et construire ces vocations personnelles.

Il faut remarquer que c’est en tant que participant au conSensus communautaire que les problématiques d’humanité semblables sont rassemblées et que les vocations convergent dans le Sens du bien commun. Il faut aussi remarquer que les personnes sont porteuses de plusieurs problématiques capables de plusieurs conSensus et donc porteuses de plusieurs vocations circonstanciées. Participant à une communauté les personnes se retrouvent aussi dans d’autres communautés la constituant ou tout à fait étrangères. C’est ainsi que les vocations ne se déterminent que dans les communautés culturelles auxquelles elles participent, par affinité on le comprend ou par héritage ou encore les deux. Tel ou tel va rejoindre telle ou telle communauté pour y accomplir sa vocation, principale ou non. Il en va de même pour chaque communauté vis-à-vis d’ensembles culturels auxquels elle participe à la vocation par la sienne propre.

Ainsi la France dispose d’une vocation culturelle à laquelle participent toutes ses communautés culturelles par leurs vocations propres, régions, villes etc. Elle participe elle-même à la vocation culturelle de l’Europe et des autres ensembles communautaires auxquels elle contribue à la vocation. De même la vocation de telle ville est impliquée dans celle des ensembles auxquels elle participe et se trouve construite par la vocation de ses quartiers, de toutes les communautés qui la composent et de toutes les personnes qui s’y trouvent investies.

Ces vocations culturelles peuvent être élucidées (analyses de Cohérences culturelles) en même temps que le Sens du bien commun et que les valeurs qui en sont indicatrices, permettant ainsi de déterminer l’axe et la cohérence de leur développement dans tous les domaines concernés.

 

Vocations des organisations et entreprises humaines collectives.

Toutes les organisations, structures, associations, activités collectives, institutions sont des entreprises humaines dès lors qu’elles poursuivent un but quelconque. En tant que telles elles sont constituées d’une communauté engagée et exercent dans une communauté ou même plusieurs. Les ensembles communautaires complexes sont aussi des entreprises humaines dont on peut considérer à chaque fois la vocation et les jeux de concourance des vocations entre elles.

La vocation d’une entreprise est caractérisée par les biens et services qu’elle procure, servant ainsi le Sens du bien commun d’une communauté principale par exemple et donc sa vocation. Le lien entre vocations personnelles, vocations culturelles communautaires et vocations d’entreprises est un lien de concourance chacune concourant aux autres.

Les entreprises humaines – mais y en a-t-il d’autres – ne valent que par ces engagements de concourance des vocations que ce soient entreprises personnelles, collectives ou aussi les communautés où elles agissent. Il est clair que leur statut ne détermine pas leur vocation mais peut l’identifier et ainsi caractériser leur vocation et leur activité. Ce n’est pas le statut qui confère la vocation mais la vocation qui confère le statut selon les conditions culturelles de leur exercice.

Share on Facebook
Share it on Viadeo
Share on LinkedIn
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)

Réagissez

*